Fonctionnement des clans

Le Recrutement

Les yakuzas d’aujourd’hui viennent de milieux très variés. Les récits les plus romanesques racontent que les yakuzas recueillent les fils abandonnés ou chassés par leurs parents. Ils sont souvent recrutés par un clan dès le lycée, une majorité dans les communautés burakumin et coréenne.

  • Les burakumin représentent 70 % des membres du Yamaguchi-gumi. La pègre accepte par ailleurs toutes les origines, ne se fiant qu’aux compétences des individus. En effet, les yakuzas se composent habituellement d’hommes très pointus, adroits, intelligents, car le processus pour obtenir un poste dans l’organisation est très concurrentiel et darwinien.
  • Les Coréens, qui forment actuellement le groupe minoritaire le plus important du Japon, sont très présents au sein de la mafia japonaise. Ils entrent dans la pègre dans le but d’échapper à la pauvreté, car leur intégration sociale et financière au Japon est difficile. Les Coréens représenteraient ainsi plus de 15 % des effectifs. Certains gangs, comme le Tao Yuai Jigyo Kummiai, sont même constitués d’une majorité de membres d’origine coréenne.

Les yakuzas sont un milieu japonais entièrement constitué d’hommes. Le rôle des femmes se situe plus dans l’ombre : elles restent rarement sans activité: elles tiennent des bars, des clubs, des restaurants et autres lieux de distractions. Néanmoins, certaines femmes restent en dehors des affaires. Cette situation découle d’une confiance limitée des yakuzas dans leurs épouses. Ils jugent que les femmes ne sont pas capables de se battre comme les hommes, qu’elles sont destinées à l’éducation des enfants et à tenir la maison, et qu’elles sont incapables de garder le silence.

Il y a néanmoins des exceptions : quand Kazuo Taoka, Oyabun du Yamaguchi-gumi a été abattu vers la fin des années 1990, son épouse Taoka Fumiko lui a succédé pendant une courte période.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *