Etymologie

L’origine du mot « yakuza » apparaît sous le shogunat des Tokugawa (16031867). Il est tiré d’une combinaison du jeu de cartes japonais appelé Oicho-Kabu, proche du baccara, qui est traditionnellement joué avec des cartes de kabufuda ou de hanafuda. À la fin d’une partie, les valeurs des cartes sont additionnées et l’unité de la somme représente le score du joueur. Le but du jeu est de s’approcher le plus de 9.

« Ya » vient de yattsu, qui signifie huit (peut également se dire hachi), « ku » veut dire neuf (le mot kyu est aussi utilisé), et « za » est sans doute une déformation de « san » qui veut dire trois. Ya-ku-za est donc la somme de 8, 9 et 3, soit 20 et donc un score de 0, qui est une main perdante5. Ce nom signifie donc « perdants », « bons à rien ». Les yakuzas sont à l’origine issus des plus pauvres, des exclus de la société.

Une autre origine est parfois évoquée : les policiers devaient entrer dans des temples pour y débusquer des joueurs, mais non sans hésitation, car les sanctuaires shinto sont sacrés. Sur une chaise, à l’entrée, un guetteur veillait. Le « rôle » (yaku) de la chaise (za) était donc d’être un rempart entre police et joueurs.

Dans la terminologie légale japonaise, les organisations de yakuza sont appelées bōryokudan (暴力団), littéralement « groupe violent ». Les yakuzas considèrent ce terme comme une insulte, car il s’applique à n’importe quel criminel violent. Dans la presse occidentale, on les identifie parfois à la « mafia japonaise », par analogie avec d’autres groupes du crime organisé, comme la mafia sicilienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *